Mercredi prochain, à la télévision, Emmanuel Macron pourrait annoncer la fermeture des écoles

Emmanuel Macron pourrait réfléchir à des nouvelles mesures plus strictes alors que l’épidémie poursuit sa progression en France.

Si cela empire et s’homogénéise sur tout le territoire, il ne faut pas écarter l’idée d’un confinement de type printemps 2020, Mercredi prochain [le 31 mars, ndlr], à la télévision, Emmanuel Macron pourrait annoncer la fermeture des écoles, entraînant le basculement massif des Français dans le télétravail. Tout dépendra en réalité des résultats du début de semaine

Un conseiller de l’exécutif

Le gouvernement attend en effet les premiers résultats du confinement organisé dans les 19 départements . L’exécutif (Matignon) a également décidé de renforcer les contrôles ce week-end dans les “gares, aéroports et péages routiers”, pour mieux faire respecter les mesures de confinement (plus de 90.000 policiers et gendarmes sont mobilisés). Par ailleurs, le protocole sanitaire a été renforcé dans les écoles, à partir de maintenant les classes fermeront désormais dès le premier cas positifs au SARS-CoV 2. Mais le président de la république a d’ores et déjà averti que des mesures supplémentaires seraient surement inévitables.

 Ces semaines qui viennent seront difficiles, nous prendrons toutes les mesures utiles en temps et en heure et il n’y a à mes yeux aucun tabou.

Le président jeudi soir, à l’issue d’un Conseil européen en visioconférence.

Même si on a réussi à éviter de submerger le système de santé, on se retrouve en juin avec un plateau très élevé de contaminations. L’enjeu me semble être l’été qui vient. L’avantage d’un confinement total avec fermeture des écoles serait d’arriver en juin avec une circulation très basse, vivre assez normalement, et reprendre une politique de suppression. Plus vous confinez tôt, moins la durée du confinement est longue. À 40 000 contaminations par jour, il faudrait quatre semaines pour reprendre la main. À 80 000, c’est cinq semaines… Il ne faut sans doute pas tarder.

L’épidémiologiste et expert en santé publique Antoine Flahault, ancien directeur de l’EHESP de Rennes, dirige l’Institut de santé globale de Genève.
Natoons
Fondateur du projet Workyt.fr